Migration de Dedibox vers Amazon EC2

Je suis entrain de préparer ma migration depuis Dedibox pro vers Amazon EC2 (Elastic Cloud Compute). Voici mes premières impressions du nuage Amazon.

Pourquoi je migre

Dedibox a un positionnement étrange. Ils proposent des serveurs performants (Dedibox Pro), mais ils empêchent l’utilisation de leur serveurs comme hyperviseur, ce qui en réduit fortement l’intérêt. Leurs switches coupent les ports qui présentent plus d’une adresse mac, ce qui est le cas avec VMware ESXi ou Hyper-V. Je m’étais rabattu sur un Linux avec VMware Server, mais les VM sont très (trop) lentes. Il en résulte une très bon serveur matériel, mais inexploitable pour de la virtualisation décente. Nul doute que ce soit du hasard, la virtualisation étant le moyen principal de consommer les ressources sur ce type de serveur. OVH propose ESXi, mais le coût est plus fort (notamment avec les 15€/mois pour avoir droit à plusieurs IP publiques, sans parler du raid matériel).
Comme de toute façon mon objectif c’est d’avoir des environnements à la demande, et que c’est la cible d’Amazon EC2, leur offre m’a intéressé rapidement. Au pire, cela va me coûter autant que Dedibox, mais au moins j’en aurai pour mon argent!

Etape 1: Le calculateur Amazon

En parlant d’argent, la première difficulté est de savoir combien ça va coûter! Bon en fait, la première difficulté est de savoir le type d’instance qui convient:

  • A la demande: aucun engagement, vous ne payez que la consommation,
  • Réservée: vous payer une fois une somme, et ensuite la consommation coûte très peu,
  • Spot: vous ne savez pas quand la VM sera démarrée, mais elle coûtera peu (moins qu’à la demande, mais plus que réservée). Il s’agit d’enchère où Amazon solde les ressources non utilisées.

De façon logique, avoir une VM à la demande allumée tout le temps coûte beaucoup plus cher qu’une VM réservée allumée tout le temps.
Le calculateur a un problème d’ergonomie. Par défaut, il inclut dans le prix mensuel (1er mois), les frais qu’on ne paye qu’une fois. Machinalement, on multiplie par 12 et on prend peur!

Pour calculer le coût par mois il faut donc faire (pour une instance small, réservée et allumée en permanence):

(227.50$ + 29.28$ * 12)/12 = 48.23$ / mois

Le coût moyen d’un VM est donc de  34€ par mois en lissé. Car les 227.50$ sont à payer tout de suite. Pour cette somme, on a donc un linux 32 bit, sur une VM ayant les capacités suivantes:

  • Processeur: 1VCPU 1,7Ghz : 1 EC2 Compute Unit (1 virtual core with 1 EC2 Compute Unit)
  • Mémoire: 1,7Go
  • Stockage: 160Go de disque

Le truc bizarre, c’est les 44$ de taxes sur la facture (voir tout en bas de l’article)…

Etape 2: Réserver une instance

C’est le moment de se jeter à l’eau!! Avant, j’ai tout de même démarré une VM à la demande pendant une 1/2 heure pour être sûr des performances. On choisi la taille de la VM (small en ce qui me concerne), et le lieu où elle sera instanciée (2 sites aux USA, 1 site en Europe (Irelande). J’ai choisi l’Irlande, afin de m’épargner la latence transatlantique. Après 5 cliques de mulot, on est en pending. Après 10 minutes, le statut passe à active.
Il s’en suit un grand moment de solitude, où l’on cherche sa VM tant attendue sans la trouver! L’aide n’est pas très explicite. Il faut en fait créer une VM à la demande sur le même site géographique, dans la même zone (2 possibles en Irelande). On ne voit nulle part que s’est rattaché à notre réservation, il faut faire confiance au système. On a juste la confirmation au bout de quelques heures, dans le suivi de facturation en voyant qu’elle est facturée à 0,04$ par heure où elle est allumée.
A ce jour, une VM réservée ne peut héberger qu’un Linux. Windows est cantonné aux VM à la demande, et son taux horaire est un peu plus élevé, car la licence Windows est fournie par Amazon.
Le choix de l’architecture (32/64 bit) dépend de la taille de VM.

Etape 3: Créer la VM

Maintenant que j’ai compris qu’il faut créer une VM à la demande et faire confiance, cela est très facile (5 écrans + 5 minutes de patience). On n’installe pas son système d’exploitation, mais on choisit une image toute prête parmi plusieurs centaines. Amazon met en avant 5 Fedora (4 en 32bit et 1 en 64bit), et 3 Windows. L’onglet Community AMIs permet d’élargir le choix à 971 images.

Le découpage du stockage pour Linux sur les images Amazon est 10Go pour le système et 150Go pour le reste. La VM voit deux partitions (/dev/sda1 et /dev/sda2):

Filesystem           1K-blocks      Used Available Use% Mounted on
/dev/sda1             10321208   1383500   8413420  15% /
/dev/sda2            153899044   6793004 139288416   5% /mnt
none                    870472         0    870472   0% /dev/shm

Lors de la création de la VM et ultérieurement, Amazon propose inclus un Firewall externe à la VM. Vous pouvez ainsi définir les flux entrant autorisés. C’est très pratique, car on évite un iptable:

Etape 4: Accès à l’instance

Maintenant que l’instance est running, il est temps d’y accéder. Un clic droit sur l’instance propose le menu suivant:

L’option Connect donne l’écran suivant:

Vous l’aurez compris:

  • pas d’accès de type console (Get System Log permet de voir le log du boot),
  • Pas de mot de passe root, mais l’utilisation d’un certificat (obtenu à la création de la VM).

Sur Windows, un client gratuit pour faire du ssh est Putty. Le problème est que Putty ne reconnait pas le certificat fourni par Amazon. Ce dernier documente la procédure pour le faire fonctionner:
http://docs.amazonwebservices.com/AmazonEC2/gsg/2007-01-19/putty.html

En résumé, il faut utiliser PuttyGen, fourni par les même que Putty, afin de loader le certificat Amazon et le convertir dans le format Putty. Après, ça fonctionne nickel:

Etape 5: Performances

Cet aspect est critique en général et en particulier quand on parle de VM. Bonne nouvelle, je suis très satisfait des performances:

  • Réseau: on tire facilement 20Mb/s
  • Disque: 121Mo/s en écriture (dd if=/dev/zero of=dd.dd bs=1M)

Pourquoi est-ce qu’Amazon fournie de telles performances ? Parce qu’il facture la consommation réseau (0.170$ par Go de data)! Contrairement aux hébergeurs classique qui facture tout compris, Amazon facturant à la consommation, ne perd pas d’argent si de gros consommateurs utilisent son service. Sur Dedibox, vous pouvez consommer du 100Mb/s non stop sans payer pour autant. Ils  mutualisent donc plus fortement les connexions afin de réduire les coûts (avez-vous déjà remarqué qu’au dessus de 50Mb/s il y a un trait rouge sur votre graphe de consommation ?).

Je préfère payer un peu plus cher quand je consomme plus mais avoir cette qualité. On peut suivre presque en temps réel sa facturation à venir:

Etape 6: Les options Amazon

Ils ne sont pas en restent pour vous inciter à prendre plus de service:

  • Répartiteur de charge entre vos VM, avec détection de panne sur les VM (facturé au Go de data)
  • Stockage supplémentaire utilisable par une VM avec des snapshots (mais indépendant de celle-ci) (facturé au Go et million de IO)
  • Adresse IP publique supplémentaire que vous pouvez rattacher à n’importe quelle VM (1/VM) (facturée si non utilisée)

12 réflexions au sujet de “Migration de Dedibox vers Amazon EC2

  1. Ping : Le Potlatch
  2. Hello, Désolé si ma question peut paraitre naïve…pourquoi dites-vous que l’exploitation efficace d’une dedibox type v2 pro passe nécessairement par de la virtualisation ?
    merci de votre réponse…

  3. Bonjour,

    Il n’est pas si commun que cela de saturer 8Go, un Quad core, et 1To de stockage avec un seul OS. En revanche, si vous devez héberger 1 Windows, et 2 Linux par exemple, tout mettre sur un seul serveur devient économiquement plus intéressant.
    L’idée est de payer le prix le plus bas possible tout en répondant à votre besoin. leur offre implique un peu un grand écart : soit une dedibox standard, mais on est à l’étroit, même avec juste un OS, ou carrément la pro, mais ca devient alors très large.
    D’autres solutions comme Amazon, facture au consommé, ce qui colle automatiquement à votre consommation presque exacte. La virtualisation permet d’exploiter au mieux la dedibox pro si vous n’avez pas un besoin unique qui exploite tout le serveur.

    En espérant vous avoir éclairé 🙂

  4. Bonjour Mathieu,

    Les MAC virtuelles sont supportées depuis quelques temps déjà. Ceci permet de virtualiser bien plus simplement qu’avant.

    Nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir des adresses MAC inconnues sur le réseau, surtout que ceci pose un bon nombre de problèmes opérationnels (je vous laisse immaginer le résultat de deux abonnés qui utiliseraient sur le même segment réseau la même adresse mac).

    Nous avons un bon nombre d’abonnés qui font de la virtualisation depuis très longtemps, il suffit juste d’utiliser nos ip failover et rajouter une route statique sur votre machine hôte.
    http://documentation.online.net/fr/serveur-dedie/reseau/ip-failover?s%5B%5D=mac

    Enfin, concernant la partie réseau, si vous avez subit (même 5 secondes) un jour un problème de qualité, n’hésitez pas à m’en faire part 🙂

    A bientôt,
    Arnaud

  5. Bonjour,

    merci d’avoir pris le temps de laisser un commentaire sur mon blog. Nous avons utilisé les ip failover pour les attribuer aux VM. Mais cela implique d’avoir un Linux + VMware Server, alors que nous voulions plutôt un ESXi, afin d’avoir plus de ressource disponible et ne pas avoir à « entretenir » l’OS hôtes aussi souvent qu’une VM. Sauf qu’avec ESXi on ne peut pas masquer les mac address des VM à ma connaissance (tout en ayant une ip publique par VM).

    Pour l’aspect réseau, j’ai juste constaté que le débit monte plus vite depuis le réseau Amazon que depuis le réseau Dedibox (au moment où j’ai migré en tout cas).

    L’offre dedibox est intéressante, et nous ne serions pas parti si ESXi avait été supporté.

  6. Bonjour,

    Que pensez vous de l’offre gratuite d’EC2, j’aimerai l’exploiter pour un petit blog perso … afin de tester le service EC2 et ultérieurement de l’utiliser à des fins professionnel mais même avec le calculateur, j’ai du mal à savoir si les ressources gratuite suffiront à faire tourner mon blog.

    Cordialement,

    Azman

  7. ce blog tourne avec une instance small sans aucun problème. Je n’ai aps regardé leur offre gratuite cependant. Du moment que c’est gratuit, rien ne vous empêche d’essayer 🙂
    Je paye 30$/mois pour mon instance small de type reserved (j’ai paye donc aussi 170€/an).

    Dedibox a de nouvelles offres, qui commence à 15€/mois

  8. Bonjour et merci pour ce retour d’expérience,

    Un an plus tard utilisez-vous toujours l’offre d’amazon? Evolue-t-elle dans le bon sens?
    J’aimerai également savoir : lorsqu’on supprimer ses données des serveur d’Amazon, les données sont-elles bien supprimer?

    Cordialement

    Nabil

  9. Bonjour,

    Amazon vient de baisser fortement ses prix, mais je vais tout de même consolider au final sur ma dedibox R410.
    Leur système d’image AMI ne favorise pas le choix de l’OS et rend les upgrades difficiles.

  10. Ping : Sauvegarder ses mails avec Postfix + Amazon EC2 (AWS) « Liens en vrac

Laisser un commentaire